Mes clients ont écrit

Un train pour Ravensbrück, témoignage recueilli et écrit par Monique Gérardin

Ce récit marquant est la preuve, s’il en faut, qu’un livre très court peut être passionnant (message à tous ceux qui pensent qu’en dessous de 250 pages, « on n’a pas fait un vrai livre » !).

Celui-ci ne fait que 40 pages, mais 40 pages que vous n’oublierez pas. Monique Gérardin y raconte la vie de sa grand-mère à Ravensbrück, où elle a été « internée politique » après une dénonciation calomnieuse.

Des récits de déportation, j’en ai lu un certain nombre. La qualité rare de ce témoignage est d’être d’une honnêteté totale. La grand-mère de Monique Gérardin a tout raconté, tout assumé à son retour : elle n’a pas occulté le fait que des soldats allemands aussi pouvaient vivre un drame (comme ce garde dont la mère est internée à Ravensbrück, sous sa surveillance), que des prisonnières pouvaient avoir un comportement ignoble, que parfois survivre impliquait de condamner autrui à sa place.

L’immense majorité des anciens déportés ont préféré taire leur expérience des camps. Ce témoignage n’en a que plus de valeur. Merci à Monique Gérardin pour ce livre, à mettre entre les mains des jeunes générations : tant est dit en quelques pages.

Je suis heureuse d’y avoir très modestement contribué, en tant que relectrice.

Vous pouvez vous procurer ce récit auprès de l’auteure (10 €) : monique.gerardin89@orange.fr

Retour

Leave a Reply